Projet d’extension du parc éolien de Leury

InnoVent a développé l’extension du parc éolien de Leury, situé sur le plateau au nord de Soissons. Suite au dépôt en préfecture de l’Aisne d’un dossier de demande d’autorisation environnementale, une instruction est en cours par les services de l’État. Ce 6 septembre 2021 débute l’enquête publique relative à ce projet, qui durera jusqu’au 6 octobre suivant.

Pendant ce délai, le dossier complet est disponible auprès du grand public afin que chacun puisse, s’il le souhaite, connaître en détail ce projet, se faire un avis et l’exprimer.

L’intégralité du dossier est disponible ici.

Le projet d’extension du parc de Leury en quelques lignes

Le projet consiste en l’implantation de quatre éoliennes, modèle Vensys V120, soit le même modèle que trois de celles implantées depuis 2017 à Leury :

  • Puissance unitaire : 3 mégawatts (MW)
  • Hauteur d’axe de moyeu : 98,3 m
  • Diamètre du rotor : 120 m
  • Hauteur totale : 158,3 m

extension du parc éolien de Leury

Le parc éolien de Leury, dans son état actuel

Profil de l’éolienne Vensys V120

La demande d’autorisation concerne également le câblage souterrain, les plateformes au pied de chaque machine, le calibrage éventuel des chemins d’accès. Le poste électrique n’est pas concerné, puisque le projet exportera son énergie via le poste des éoliennes de Leury, déjà en place.

L’électricité produite sera envoyée au poste ENEDIS de Soissons-Saint-Paul, avenue de Laon.

Justification du projet

L’intérêt premier de ce projet d’extension est de fournir au réseau de distribution d’électricité une énergie 100 % renouvelable, locale et décarbonée, qui sera principalement consommée dans les communes alentours.

Le projet de Crouy et Cuffies va plus que doubler la production d’électricité de l’actuel parc éolien de Leury. Ces quatre éoliennes produisent chaque année 28 gigawattheures (GWh) en moyenne, et ont produit, depuis leur mise en service, 88 GWh (chiffre septembre 2021). Après mise en route de l’extension, la production annuelle moyenne sera portée à environ 55,6 GWh.

Pour comparaison, citons les consommations en électricité en 2019 des trois communes les plus consommatrices du territoire, tous secteurs confondus (source ici) :

  • 119,85 gigawattheures (GWh) sur la commune de Soissons.
  • 116,6 GWh à Venizel (usine SAICA papers).
  • 116 GWh à Bucy-le-Long (consommation de l’usine Tereos comprise).
  • Citons enfin pour comparaison les consommations sur des communes plus modestes, sans industrie, nombreuses dans le secteur : Billy-sur-Aisne (8,2 GWh), Belleu (11,22 GWh), Crouy (15,1 GWh), Cuffies (1,6 GWh), Villeneuve Saint-Georges (1,3 GWh)…
  • La même année, sur l’ensemble de la communauté d’agglomération du Soissonnais, la consommation a été d’au moins 387,4 GWh. La production annuelle du parc représenterait 14,35% de cette valeur.

Précisons ici que ces proportions sont dans une certaine mesure fictives, puisque l’énergie éolienne est intermittente et n’est pas nécessairement calée sur les variations de la consommation instantanée d’électricité. Ainsi, lors d’une nuit ventée, les éoliennes peuvent produire plus que la consommation du moment, au plus bas. Dans ce cas, l’électricité est « exportée » via le réseau public vers d’autres points de consommations plus éloignés. A contrario, une journée de forte consommation locale et sans vent ne sera que pas ou peu alimentée par les éoliennes.

En plus de fournir de l’énergie renouvelable dans un secteur géographique à dominante rurale mais avec quelques gros points de consommation d’énergie (Soissons, industrie), le projet va dans le sens de l’autonomie énergétique du territoire en alimentant l’agglomération directement avec le vent qui y souffle plutôt qu’en ramenant de loin une électricité pour une large part nucléaire. En rapprochant le site de production aux points de consommation d’électricité, les pertes en ligne sont très largement diminuées.

Le parc éolien de Crouy et Cuffies générera par ailleurs des revenus locaux.

Dans le cadre de leur activité, les exploitants de parcs éoliens sont assujettis à différentes contributions (taxes, impôts…). Le présent projet générera à ces titres chaque année des revenus que le tableau suivant synthétise (étude d’impacts, pages 81 et 82) :

Plus des deux tiers des recettes générées par le projet iront à destination de GrandSoissons Agglomération (70 448 €) et 29 989 € seront à destination du département de l’Aisne.

Historique du projet

L’actuel projet d’extension est la suite d’un projet ancien, initié en 2006.

Cette année-là, un projet de neuf éoliennes s’étendait sur les communes de Leury (quatre éoliennes) et Cuffies, rassemblées dans le périmètre d’une zone de développement éolien (ZDE) portée par la communauté d’agglomération du Soissonnais. Les délibérations positives des communes de Soissons, Chavigny, Cuffies, Leury portaient ce projet.

Le 18 mars 2013, la préfecture de Picardie a accordé leur permis de construire aux quatre éoliennes de Leury. Les cinq éoliennes de Cuffies n’ont pas obtenu ces permis, le plan d’occupation du sol (POS) de la commune ne permettant pas à l’époque l’installation d’éoliennes en zone agricole. Aujourd’hui, ce POS n’est plus en vigueur : le parc éolien est donc redevenu envisageable et InnoVent souhaite enfin donner vie à ce projet d’extension.

Aujourd’hui, en considérant l’implication et le soutien des élus locaux, la ressource en vent, la disponibilité du réseau électrique et, faut-il le rappeler, l’urgence climatique, InnoVent, en concertation avec les élus locaux, souhaite enfin concrétiser ces quatre éoliennes manquantes. Ce projet reprend les grandes lignes du projet initial, remodelé en fonction des contraintes spatiales qui prévalent en 2021.

Justification du choix des emplacements des machines

En raison de la taille et de la puissance des éoliennes, les porteurs de projets éoliens doivent respecter certaines distances entre leurs éoliennes et différents enjeux. Dans le cas qui nous concerne, les principales contraintes qui ont modelé le projet sont :

  • La distance aux habitations et zones habitables : au moins 500 m. Pour ce qui est de l’acoustique, des seuils réglementaires ne peuvent être dépassés.
  • Afin de préserver les chauves-souris, les éoliennes ne peuvent être implantées à moins de 200 m de la lisière des bois ou de haies, en plus de la longueur d’une pale, soit ici 260 m.
  • Les routes et lignes électriques aériennes doivent être prises en compte (au moins l’équivalent d’une hauteur d’éolienne, soit 160m, à mois d’enterrer en partie la ligne).
  • Les éoliennes de Leury doivent être déventées le moins possible.
  • Le relief, en privilégiant les secteurs les plus exposés au vent.
  • Les demandes des exploitants des parcelles agricoles dans lesquelles on envisage l’implantation.

Dans l’espace disponible, le développeur privilégie l’harmonie visuelle, les équidistances, l’homogénéité, pour donner l’impression d’un seul ensemble cohérent, plutôt que de disséminer des machines sans ordonnancement apparent depuis les routes ou les habitations proches.

Carte des contraintes spatiales pour une extension du parc éolien de Leury

Tous ces facteurs « contraignent » les choix possibles de configuration du parc, mais, en considérant l’ensemble des éléments du paysage humain et naturel (faune volante principalement), améliorent son insertion spatiale et finalement son acceptation locale.

Ceci explique le choix d’une extension à quatre éoliennes plutôt que cinq comme prévu initialement, à des emplacements un peu décalés.

Impacts du projet sur son environnement

De par leur taille, les éoliennes génèrent immanquablement des impacts sur le milieu qui les accueille. Tous ces impacts potentiels ont été étudiés dans l’étude d’impacts environnementale fournie dans le dossier de demande d’autorisation environnementale, disponible sur le site de la DDT de l’Aisne.

Les principaux impacts potentiels sont :

Impacts visuels (voir étude paysagère et patrimoniale) : de très nombreux photomontages sont disponibles dans l’étude paysagère. Tous les enjeux, qu’ils soient paysagers, patrimoniaux ou de cadre de vie, sont étudiés et aucun ne pâtit de la présence des quatre nouvelles éoliennes.

La fenêtre Google Map ci-dessous reprend certains photomontages de l’étude paysagère. Ils apparaitront en cliquant dessus.

Milieu naturel : nous disposons de deux documents permettant de s’assurer que le projet ne nuira pas de manière inconsidérée à la faune volante (oiseaux et chauve-souris), principal enjeux écologique dans le domaine de l’éolien :

  • Une étude d’impacts environnementaux, basée sur un an d’observations de terrain, d’enregistrements sonores, d’études de comportements. Cette étude conclut : « Au vu des résultats de l’étude écologique, de la variante d’implantation proposée et des mesures présentées, nous estimons qu’aucun élément rédhibitoire propre à remettre en cause la poursuite du projet n’est à signaler. Nous estimons que l’exploitation du futur parc éolien de Cuffies ne portera pas atteinte à l’état de conservation au niveau régional et national des populations avifaunistiques et chiroptérologiques recensées. Les effets résiduels sur ces populations, après application de la doctrine ERC, sont qualifiés de non significatifs. Aussi, nous estimons que la réalisation et le fonctionnement futurs du parc éolien de Cuffies ne porteront nullement atteinte à l’état de conservation des populations animales déterminantes des sites Natura 2000 référencés dans un rayon de 20 kilomètres autour du projet. »
  • Une étude du suivi de la mortalité engendrée par les quatre éoliennes actuelles de Leury (disponible ici), qui souligne : « À partir des passages de mortalité, 23 [cadavres d’]oiseaux et 5 [cadavres de] chauves-souris ont été découverts. […] Pour les oiseaux, ce sont surtout des espèces communes, inféodées aux cultures comme l’Alouette des champs, la Corneille noire, le Faisan de Colchide, le Pigeon ramier ou encore la Perdrix grise qui ont été victimes du parc éolien. […] Les calculs projettent une mortalité estimée à 69,66 cas pour le parc entier sur la période suivie, soit 17,42 individus tués par éolienne. […] En définitive, les effets mortifères du parc éolien de Leury sur les populations aviaires et chiroptérologiques en termes de mortalité apparaissent contenus et aucune espèce patrimoniale ne semble être menacée par son fonctionnement. Des atteintes peuvent cependant vite être observées sur les rapaces ou les chiroptères, et des mesures simples visant à maintenir les effets du parc éolien au plus bas sont alors proposées. […] Considérant les résultats du suivi mené en 2020 et les analyses fournies, nous ne jugeons pas pertinent de renouveler le suivi de mortalité. Le maintien d’une végétation rase autour des éoliennes peut limiter davantage la mortalité des rapaces et des chiroptères et maintenir à un niveau faible les effets négatifs du fonctionnement du parc éolien sur la faune réglementaire. Une mise en drapeau des éoliennes par des vents faibles (inférieurs ou égaux à 3 m/s), idéalement toute l’année mais surtout dès début août et jusqu’à fin octobre, permettrait très certainement de limiter la mortalité des chauves-souris, et notamment des noctules. » InnoVent étudie actuellement les modalités techniques de la mise en œuvre de ce bridage.

Rappelons ici que dans les deux ans suivant sa mise en service, l’exploitant du présent projet a l’obligation de procéder à une étude de suivi de mortalité, qui permettra de s’assurer que le parc n’engendre pas de mortalité inconsidérée.

Acoustique (étude d’impacts principale page 51 et suivantes) : une étude complète a été menée afin de s’assurer que le projet ne présenterait pas d’émergence acoustique trop élevées.

Sur la base d’enregistrements du son existant, et en simulant le bruit généré par les Vensys V120, nous avons pu nous assurer qu’aucun seuil réglementaire ne sera dépassé. Au sud, les premières maisons de Cuffies sont à 1 km, sur des versants boisés, au nord, les premières maisons de Leury sont à 850 m, Chavigny est à 1 450 m. L’éolienne C4 se trouve à 1 465 m de la première maison de Clamecy et à 1 125 m des premières habitations de Crouy, au sud.

Ces distances, très au-dessus des 500 m minimums, et la puissance acoustique du modèle retenu, permet de s’assurer de la compatibilité du projet avec les habitations environnantes.

Réception télévisuelle (étude d’impacts principale page 90) : dans de très rares cas de réception télévisuelle par antenne, il arrive qu’un parc éolien empêche une réception télévisuelle correcte. Dans ce cas, c’est l’exploitant éolien qui prend en charge les coûts inhérents au rétablissement d’une bonne réception. Cette obligation n’est pas limitée dans l’espace ou le temps.

En cas de perturbation avérée, l’exploitant met en place une solution technique pour réparer la gêne. La solution peut soit être adaptée au cas par cas, ou être plus globale avec une antenne ré-émettrice en amont du parc si cela s’avère nécessaire.

Les prochaines étapes de l’extension du parc éolien de Leury

L’enquête publique se clôturera le mercredi 6 octobre 2021. A l’issue de cette date, et après avoir compilé et synthétisé les remarques et avis des personnes s’étant exprimées, madame la commissaire enquêteur remettra au préfet de l’Aine son rapport définitif. Dans les deux mois qui suivent la transmission de ce rapport aux services instructeurs, une décision d’autorisation, ou de rejet, sera prise puis rendue publique.

Un schéma disponible ici synthétise les étapes de l’instruction d’une demande d’autorisation environnementale.

Pour en savoir plus

En plus du dossier complet disponible sur le site de la DDT de l’Aisne, Nous vous invitons à consulter les documents et/ou pages suivantes si vous le souhaitez :

Mairie de Cuffies : http://www.cuffies.fr/

Ville de Crouy : https://www.crouy.fr/

Nous avons rédigé une plaquette qui répond aux questions les plus fréquentes lorsqu’il est question d’éoliennes : le prix de l’éolien, les éoliennes et le voisinage, la comptabilité avec les oiseaux, les télévisions… Vous pouvez la consulter ici

Contacts InnoVent

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez envoyer un e-mail aux adresses suivantes :