Vincent Collot et Patrick Decostre rejouent les Bronzés

Nous avons reçu les conclusions en défense de Boralex à notre demande de la condamner à nous payer les 250 millions € que nous aurions levé en nous introduisant en Bourse si nous n’avions pas subi l’agression judiciaire de Boralex.

Notre assignation reprochait notamment à la multinationale d’avoir calculé de façon fantaisiste ses dommages-intérêts pour avoir refusé de lui vendre deux parcs éoliens alors que la formule de prix pourtant rédigée par Boralex était absurde (comme exposé par plusieurs mathématiciens de haut vol dont deux prix Nobel de mathématiques, la formule est évidemment erronée et il faut avoir subi « l’effondrement du niveau éducatif » pour donner raison à Patrick Decostre).Attestations experts

Boralex est tellement consciente de la nullité de son argumentaire qu’elle n’ose même pas discuter des erreurs de débutant commises par son soi-disant expert et fait l’autruche dans ses conclusions en défense.

Voici les principales erreurs des soi-disantes expertises de Finexsi, le prétendu expert financier incapable de comprendre que « x € / MW » signifie « x euros par mégawatt » plutôt que « x euro tout court » indépendamment du nombre de mégawatts (le recensement des erreurs figure dans nos conclusions d’appel).

Boralex commence par ignorer le réchauffement climatique, qui n’aurait aucun effet sur les vents jusqu’en 2043. Quel dommage de travailler dans les énergies renouvelables sans être au courant du réchauffement climatique !

Boralex indexe ensuite les prix futurs sur l’inflation pour calculer les chiffres d’affaires futurs des deux parcs. Cette augmentation majore de près de 9 millions d’euros le soi-disant préjudice de Boralex.

Manque de chance pour les stagiaires de Finexsi à 500 € de l’heure, les prix des contrats ne sont pas indexés sur l’inflation.

Quel dommage de facturer 500 € h.t. de l’heure sans savoir lire un contrat !

Les experts stagiaires achetés par Boralex ne s’arrêtent pas en si bon chemin et ils majorent le soi-disant préjudice d’encore  plus de 15 millions d’euros en estimant la production moyenne future à partir du P50, qui serait une estimation de production moyenne future fiable selon DNV – Garrad Hassan.

Les rapports des vrais experts de DNV – GL Garrad Hassan décrivent-ils le P50 comme un estimation fiable de la production moyenne future ? Eh non !

A la décharge des stagiaires de Finexsi à 500 € de l’heure, le rapport DNV – GL Garrad Hassan a été rédigé en anglais. Ils ne maîtrisaient sans doute pas la langue.

 

Pourquoi rendons-nous publique l’agression judiciaire de Boralex ?

Nous poursuivons deux objectifs.

D’une part, aider les autres développeurs victimes de Boralex, qui utilise apparemment des contrats viciés pour racheter des parcs à vil prix et les menace d’un procès s’ils résistent en leur racontant comment elle a réussi à faire condamner InnoVent. Nous voulons que ces développeurs puissent utiliser nos arguments pour se défendre de la tromperie de Boralex.

D’autre part, informer les actionnaires de la multinationale, que leur employé Patrick Decostre trompe en leur dissimulant la gravité des risques auxquels il expose leur entreprise.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *