Pourquoi il faut relancer le parc nucléaire français

Oui, vous avez bien lu.

La situation énergétique actuelle est critique : guerre en Ukraine, inflation, arrêt de près de la moitié des réacteurs français en raison d’un problème de corrosion dite sous contrainte, qui pourrait provoquer des fissures.

Résultat des courses : des prix qui flambent, un approvisionnement qui pourrait se révéler critique cet hiver, une France qui se retrouve en situation d’import d’électricité alors qu’elle est traditionnellement exportatrice et un retour en force aux énergies fossiles. En effet, malgré sa fermeture annoncée pour fin mars, la centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle), l’une des dernières de France, pourrait reprendre son activité, ce qui est dramatique pour la planète.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’Europe tente de réduire sa dépendance au gaz russe, position soutenue par le dernier rapport du GIEC. Le GIEC a ici focalisé ses recherches sur les différentes possibilités pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, avec pour seul critère la sortie des énergies fossiles. Sur ce point, l’énergie nucléaire, de même que les énergies renouvelables, semblent trouver la faveur des experts. Et pour cause, il est nécessaire de réduire de 87 à 97 % des émissions nettes de CO2 pour limiter le réchauffement climatique à 2°C, d’ici 2050. Pour limiter la hausse des températures à 1,5°C d’ici 2030, il faut que la consommation d’énergies fossiles baisse de 66 % à 82 %. Le défi est d’autant plus grand que la demande d’énergie devrait continuer à croître dans les années à venir. Entre 2015 et 2019, la demande d’énergie globale a ainsi augmenté de 6,6%, générant une hausse de la production de CO2 dans l’atmosphère de 4,6%.

Cette situation ne peut pas durer, on ne peut pas ainsi revenir en arrière, repartir dans les énergies fossiles et augmenter nos émissions de CO2 alors qu’il devient de plus en plus urgent de les réduire drastiquement !

Il est aujourd’hui essentiel de développer et rapidement mettre en service les EPR2. Il n’est plus l’heure d’opposer nucléaire et énergie renouvelable. Ne nous trompons pas d’ennemi : l’objectif aujourd’hui est d’éliminer le plus vite possible les énergies fossiles, car le véritable danger, c’est le CO2 et les gaz à effet de serre. Nous devons assurer notre sécurité d’approvisionnement et répondre à l’enjeu climatique.

Notre position en tant que développeur éolien et solaire peut surprendre, mais aujourd’hui il y a urgence, pour la planète et ses habitants.

Crédits photo : © TURPIN PHILIPPE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *