Partenaires financiers

InnoVent et ses filiales InnoSun et InnoWind ont créé des relations fortes avec les collectivités, les banques et les entreprises locales ainsi qu’avec les gouvernements des différents états.

Choix financiers

InnoVent est également entouré de banques françaises, européennes, mondiales et africaines pour financer les nombreux projets développés : TRIODOS, CREDIT AGRICOLE, DBN, IFC, CREDIT COOPERATIF, BPI FRANCE….

Les coûts de développement initiaux d’un site sont élevés : études de vent, études d’impacts et ICPE ainsi que la mobilisation d’une équipe pendant de longs mois, voire des années. La pérennité du développeur est donc très importante.

InnoVent, appuyé dès 2001 sur des investisseurs initiaux solides, a renforcé son assise financière par la revente partielle des premiers sites construits, à savoir Chépy (4 MW), Nibas (12 MW), Saucourt (12 MW) et Valhuon (2MW) à des investisseurs.

En 2005, InnoVent avait donc une capacité financière lui permettant de financer les frais de développement d’un grand nombre de parcs.

En 2006, Grégoire Verhaeghe a choisi de vendre 40 % d’InnoVent à AES, ce qui a permis de porter les fonds propres d’InnoVent à 25 millions d’euros et d’accélérer le développement. Après 6 années d’intense développement, InnoVent a racheté les 40% d’AES en 2012.